aux quat' Sardines

une galerie atelier qui porte le nom d'une plage concarnoise dans un espace livresque maritime coloré et surtout convivial. Des artistes locaux y exposent, on y rencontre aussi des auteurs pourvu qu’ils soient un peu voyageur ou marin ou gourmand.

15 octobre 2014

les ouvrières

Sous l'oeil du Beffroi - annexe 2 par José le Goff

Evidemment,  toutes les femmes de nos ports n’étaient pas femmes de marins.

En Bretagne Nord certaines trouvaient du travail chez des ostréiculteurs. Chez nous, les nombreuses conserveries implantées   depuis la fin du dix neuvième siècle embauchaient une très importante main d’œuvre féminine hétéroclite. Des femmes dont le mari travaillait sur le port ou dans les usine, des veuves de marins dont la pension ne suffisait pas à faire «bouillir la marmite,» des épouses de matelots embarqués sur des rafiots cumulant les avaries ou les petites pêches, des femmes de  calfats, de charpentiers de  marine, de mécanos navals embauchés dans des ateliers à terre, des épouses de maçons, de  plâtriers, de couvreurs et même d’artisans divers ; et comme l’école n’était obligatoire que jusqu’à 14 ans, règlement assez souvent bafoué d’ailleurs, Beaucoup de très jeunes filles qui écopaient des lourdes besognes de servitude. Toute une hiérarchie dans ces usines. Au dessus de ces très jeunes filles appelées les «petites filles d’usines,»bourdonnait la masse  jacassante et chantonnante des ouvrières.

sardines-concarneau-histoire-images-L-kQ3MW3

Le lavage des sardines, 1913 [Agence Rol]

On a beaucoup  glosé sur ces dames et leurs chansons en les idéalisant. Certes les femmes étaient belles et leurs chansons jolies et Je ne jouerais pas les rabat-joies en affirmant qu’elles chantaient  surtout pour se donner du courage au travail et en oublier  sa pénibilité le temps d’un refrain et de quelques couplets. Evidemment, minoriser cette dure activité en écoutant  béats les paroles gentillettes de quelques vielles chansons retrouvées ou en admirant des cartes postales sur lesquelles des ouvrières triées sur le volet et mises en scène posent détendues en coiffe d’artisane dans un environnement propret est très folklorique.

alfred guillou

alfred guillou - Les sardinières de Concarneau (1896, musée des beaux-arts de Quimper).

Mais attention à ne pas retenir du passé qu’un côté un peu angélique, à ne pas mystifier la mémoire car les conserveries n’étaient pas des  cafés concerts ni des music-halls et  la vérité était quand même bien autre. En effet, dans les usines, des vapeurs émanant des autoclaves et des effluves de poisson flottaient en permanence sur les lieux de travail, c’est-à-dire partout. Cette moiteur, ces relents imprégnaient tout, collait à la peau, se mêlaient à la sueur des ouvrières qui, payées au rendement, transpiraient en s’échinant à leurs tables de travail telles des forcenées. C’est que si de petites spécialités pas trop épuisantes étaient réservées à quelques dames assez âgées, la majorité de ces femmes, étêtait la sardine,  la déboyautait, apprêtaient les bonites ou les gros thons germon, coupait des filets dans leurs flancs, les tranchait ou émiettait des entâmes mettant chaque jour des quantités énormes de poisson en boîte du lundi matin très tôt  au samedi soir  très tard, osant juste jeter de temps à autre un regard furtif vers la pendule. Travail pénible et harassant qu’elles exécutaient dans des conditions rudes et déplorables, sous l’œil vigilant de contremaîtresses implacables à qui rien n’échappait. Ah, ces contremaîtresses appelées «commises» et surnommées «peaux de vaches!» Les «petites filles»  héritaient de toutes les corvées et devaient  en plus  supporter très souvent les sarcasmes grossiers et même parfois les gestes déplacés d’un personnel masculin rustaud. Ces goujats ne se hasardaient pas autour des ouvrières, qui gouailleuses, avait de la répartie et le geste  vif et bien ajusté s’il le fallait! … Les femmes des gérants et des comptables étaient surnommées des «Madamig,» traduisez petites Madame, par  les ouvrières qui,  coincées sur leurs chaînes  d’emboîtage dans les odeurs de poisson cuit pour gagner une misère, savaient que celles la, après s’être bien pomponnées, parfumées et  chapeautées, s’en iraient le portemonnaie bien rempli «faire les belles» au marché.

peche au congre alfred guillou

Alfred Guillou

L’occupation principale, on pourrait presque dire, le devoir, de la femme de l’usinier consistait à mettre des héritiers au monde et selon la réussite, elle attrapait  comme surnom le nom d’une femelle animale performante ou pas question reproduction. Il arrivait qu’elle soit veuve, alors même si elle n’habitait  pas dans l’enceinte de l’usine elle y faisait une ou 2 visites surprises quotidiennes, s’entretenant avec les cadres masculins et les commises, ignorant avec suffisance tous le petit personnel. Le reste du temps, elles se muaient en dame-patronnesse et il était très difficile de discerner si elle agissait vraiment par charité chrétienne ou par calcul afin de pouvoir s’en prévaloir par la suite.

beffroi-213

 

à suivre...

Posté par 4sardines à 21:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

Commentaires sur les ouvrières

    Une description sans doute très proche de la vérité. A ne pas oublier le témoignage inestimable que Charles Tillon a laissé sur la classe ouvrière maritime bretonne dans les années 1930 et sur les grandes grèves ouvrières de cette époque dans son livre passionnant "On chantait rouge" (Laffont 1977).

    Nous avions publié au premier trimestre 1978, dans le no 8 de la revue Bretagnes, un long entretien avec Charles Tillon intitulé " Désenchaîner l'espérance". Voici quelques extraits de sa longue réponse à ma question "Quelle était dans ces années-là la situation sociale de la Bretagne".

    Réponses de Charles Tillon :
    " Une grande misère,le long des côtes, surtout. ... Soutenus par l'appareil d'Etat, les acheteurs s'entendaient pour contraindre les pêcheurs à vendre leur poisson le moins cher possible...

    " Mais voilà bientôt qu'en Bretagne, la grande grève des usines de Douarnenez rayonnait de la juste fierté d'avoir vaincu le patronat le plus rapace puisqu'il avait osé aller jusqu'à l'organisation du crime pour terroriser la population et faire tuer, s'il l'avait pu, le maire communiste Le Flanchec...

    " Ce n'était pas simple et c'est sans doute pourquoi il n'y avait pas eu, jusque là, de syndicat durable. Mais les femmes avaient le leur. Et la fierté qui les avait animées gagnaient en 1925 tous les ports de Bretagne. La colère déferlait parmi les ouvrières les plus exploitées, comme à Pont-l'Abbé ou à Concarneau où une fille d'usine sur quatre ou cinq était tuberculeuse.

    " Le mouvement victorieux des femmes d'usine a entraîné les pêcheurs à mieux prendre conscience de leurs droits... Et au lieu de petits syndicats locaux, les patrons jusqu' à Saint-de Luz s'unissaient en un énorme Comptoir d'achat soutenu par le comité soutenu par le comité des armateurs de la marine marchandeet par l'administration maritime. Alors commença leur grande offensive pour rationaliser l'industrie de la pêche, pour exporter des capitaux et des usines au Portugal, au Maroc, là où les salaires sont les plus misérables. Une "révolution" sur le dos des salariés et qui dure encore ...."

    EXTRAITS DE L'ENTRETIEN AVEC CHARLES TILLON
    Hiver 1977 à Liffré Michel Kerninon
    Revue Bretagnes No 8 sous le titre général Les enchaînements du siècle 1936 1968 1978 ?

    Posté par MICHEL KERNINON, 16 octobre 2014 à 00:13 | | Répondre
  • Merci Michel pour cet éclairage politique.
    http://charlestillon.free.fr/index.html

    Posté par 4sardines, 16 octobre 2014 à 20:06 | | Répondre
Nouveau commentaire